Teaser # 2 : un extrait du scénario de La TeRRRible Crue Cruelle !

Le volume 7 de la collection « Les Mystérieux Mystères insolubles » est en pleine préparation. Découvrez, tout au long de l’été, quelque uns de ses secrets de fabrication. Aujourd’hui, nous vous révélons un extrait du scénario…

La TeRRRible Crue Cruelle

Scène 3

 Descriptif général : Klutch arrive sur l’autre berge avec le passeur. Il arrive dans le petit port d’une bourgade. Sur les hauteurs se trouve un château comme d’hab, quoi ! Bref, cette ville n’est pas forcément à l’image d’une ville existante mais plutôt un condensé représentatif de ce qu’on trouve niveau de l’urbanisme en Val de Loire.

Sur les quais, une foule attend Klutch en l’acclamant avec des : « Le voilà ! Hourra ! Il arrive ! ». La population est habillée en mode vaguement 19ème, également.

Klutch (au passeur) : Ben dis-donc, vous êtes aimé dans le coin.

Le passeur : Mais non, enfin … L’accueil est pour vous !

La foule porte Klutch (avec sa valise) en l’air à bout de bras, les acclamations continuent : « Gloire à lui ! Nous sommes sauvés ! Vive Barbichette ! » Klutch est complétement sidéré.

On le dépose devant un type qui semble être la maire ou le représentant officiel dirons-nous, qui se trouve dans un fauteuil roulant (voir doc) avec une couverture sur les jambes, entouré de deux gardes habillés en gardes royaux  plutôt (armés d’épée pour faire genre aventure 😉 et de la population. Tous sont devant une bâtisse à l’image de l’hôtel Gouin à Tours. Le maire tient dans une de ses mains une grande échelle de crue rouge et blanche comme un sceptre. Tous ont les pieds dans l’eau jusqu’aux chevilles (ou les roues, pour le coup).

Tout près, une petite fille (dont on ne verra jamais les mains) se trouve dans les bras de sa maman et dit :

La petite fille : C’est lui maman ?

La mère (émue) : Oui ma chérie, c’est bien Barbichette.

Le maire (très inquiet en serrant affectueusement la main de Klutch): Nous vous attendions, avec impatience…

Klutch : Ah ?

Le maire plante son échelle rouge et blanche dans l’eau et regarde le niveau.

Le maire : C’est que l’eau commence cruellement à monter, ne perdons pas de temps.

Le maire poussé par un des gardes part dans la ville suivi de Klutch, de l‘autre garde et d’un petit groupe de curieux, notamment la femme avec la petite fille.

La petite fille (à Klutch): C’est vrai que vous allez vous sacrifier pour nous, monsieur Barbichou ?

Klutch : Sacrifier ? Euh… Le terme est peut-être un peu fort, non ?

Le Maire : Allons, allons ! Ne faites pas le modeste vous savez bien que vous êtes là pour nous sauver !

La petite fille : C’est dans toutes les histoires qu’on raconte aux enfants !

Klutch (pas rassuré): Vous êtes sûr que vous ne préférez pas que je fasse le café et les photocopies ?

Ils empruntent une rue qui monte et donc se retrouvent au sec.

Sur un mur de maison, on voit plusieurs marques de crues gravées dans la pierre d’une église, avec des inscriptions. Une se trouve à 1m50, une autre à 2 m, environ.

Le maire (montrant à Klutch): Regardez, voici les marques des anciennes crues que nous avons subies.

Klutch s’approche et observe le mur. On y voit les marques et à côté les inscriptions. Sur la plus basse : « La très grosse crue » sur le plus haute : « La crue pas croyable ».

Le maire : Mais cette fois, l’oracle nous a annoncé bien pire.

Klutch : Vous savez jusqu’où l’eau va monter ?

Plan sur le haut du clocher en plongée avec les gens en bas, où on voit une marque sur la pierre avec gravé à côté : « la Terrrible crue cruelle« .

Le maire : A peu près ici, d’après nos estimations.

Ils continuent leur route et traversent la percée.

Le maire : Dépêchons ! Quand l’eau aura dépassé les talus de protection, elle s’engouffrera ici, dans la grande percée. Et tout sera très vite inondé.

Klutch : Pourquoi ne pas partir, il est encore temps ?

Grande case, Plan général sur la ville avec les curieux qui suivent Klutch et le maire.

Le maire (montrant la ville): Enfin, il ne s’agit pas de nous mais de sauver tout ça ! Notre patrimoine est irremplaçable. Cette perte serait terrible pour la mémoire collective de l’humanité !

A suivre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s